Skip to content

Twitter : with Donald Trump, Elon Musk relaunch the enterprise of the colère

  • BUSINESS

La colère est un enterprise. Elon Musk suited him nicely. The brand new sample of the blue oiseau selected November 20 to see Donald Trump’s Twitter account on the idea of a “probing” mené à la va-vite sur le réseau. The previous American president will lose entry to his son’s account in January 2021 after receiving a white chauffé from his partisans in coups of tweets contesting the legitimacy of the American presidents-en amont et dans le sillage du sanglant assaut du Capitole. Le réseau avait alors pris la decisión de le fermer de manière permanente, estimante que sure de ces messages constituaient des “incitations à la violence”.

Elon Musk makes use of toujours the identical argument to justify des choix tells that the reactivation of Donald Trump’s compte: il veut defendre la “liberté d’expression”. La vérité est plus prosaïque: les messages qui génèrent la colère et l’indignation sont l’EPO des réseaux sociaux. These publications provoke des émotions if they’re sturdy sufficient to captivate the Web and arouse extra reactions than optimistic or informative messages.

The raison à cella is straightforward. Ceux qui approuvent un message haineux le partagent avec délectation, mais ceux qui le disapproved lui donnent aussi de la visibilité en le dénonçant – les réseaux mettent en avant ce qui elicit des réactions, bonnes ou mauvaises. Beaucoup de petits malins l’exploitent d’ailleurs en publicant délibérément des horreurs afin de doper la visibilité de leur compte. Certains utilisent même cette ficelle pour promouvoir des projets plus ou moins fumeux. En mai dernier, Lucie Ronfaut’s e-newsletter Règle 30 analyzes an eloquent instance of this drift in se penchant sur l’auteur d’un thread misogyne qui affirmait sur Twitter que les femmes n’avaient pas leur place dans le développement informatique. Le propos de cet internaute avait évidemment elicité quantité de réactions – indignées pour une bonne half d’entre elles. Une fois le thread devenu très seen sur le réseau, l’auteur avait cependant embrayé sur… la promotion d’un projet crypto.

Restricted supply. 2 mois pour 1€ with out engagement

Pluie d’émojis furax

Les internautes ne pas les seuls à avoir compris la martingale. Les réseaux sociaux ont parfaitement conciencia de la puissance virale de l’indignation et l’utilisent à leur revenue. Il ya six ans, Fb a fait un choix d’look anecdotique, en réalité majeur: celui de proposing des émojis de “réaction” à une publication. A côté du “J’aime” (pouce levé), ont ainsi été ajoutés un coeur, un smiley hilare, un autre surpris, un visage triste et enfin, un émoji à l’air furax.

For the inner, the choice is beneficial: point out extra exactly the indicators that I consider a content material. Mais comme l’a montré une enquête fouillée du Washington Publishbased mostly on the revelations of the lance d’alerte Frances Haugen, the réseau de Mark Zuckerberg a pendant un temps favorisé les contents arousing ces réactions plus marquées, notamment cet émoji en colère, partant du principe que cela doperait l’intérêt pour son service .

In the long term, the réseaux sociaux are open to the concept they don’t seem to be chargeable for the contents circulating on the plateform leur et se contentent de les “héberger”. S’il ya de la haine en ligne, ce ne serait pas de leur faute, mais la nôtre, malveillants humains que nous sommes, incapables d’interagir poliment avec notre prochain. Lorsqu’elles décident des règles triant les contenus à mettre ou non en avant, ces plateformes ont cependant une affect colossale sur la tonalité générale de la dialog mundiale. Et le résultat de leurs choix, c’est que dans l’agora numérique, le ton monte de plus en plus.

As I measure that the outcomes are extra seen and contested, the platforms like Twitter ont, bon gré mal gré, I started to acknowledge my tasks for the dissemination of violent content material and faux information et à travailler sur le sujet. Le triage d’immenses volumes de messages qu’elles effectuent est éminemmente complexe, il faut le reconnaître. Les arbitrations à effectuer ont d’ailleurs fait l’objet d’intenses débatos en web chez Fb par exemple. Et le réseau social du groupe Meta a fini par cesser de prendre en compte la présence de ces well-known émojis énervés.

Racist messages and Nazi memes

When Elon Musk guarantees to redonner the “liberté d’expression” sur l’oiseau bleu, les adeptes de haine en ligne se sont donc frotté les mains. Le milliardaire avait promis de faire de Twitter un “enterprise de la vérité” et de lutter contre le fléau des comptes bidons. However his actions after him rachat laissent to suppose that he misbehaves nicely on the “enterprise of the colère”. A comb le rachat confirmed, sure web customers ont d’ailleurs subtle the imprecise de messages racistes et de memes nazis amplifiés par des fake comptes, afin de montrer qu’ils ne redoutaient plus les sanctions.

Ces problematiques n’ont pas l’air de préoccuper plus que cela le nouveau propriétaire, qui a les yeux rivés sur le trafic enregistré par l’oiseau bleu. “Using Twitter is rarely additionally elevated. One selected is bound: on ne s’y ennuie pas en ce second”, écrivait-il le 10 de novembre dernier, felicitant le lendemain that the réseau ait battu dans la journée un file de nombre d’utilisateurs actifs. On ne s’ennuie pas peut-être. Mais la qualité du spectacle risque de laisser à désirer.


opinions

The Robin Rivaton Chronicle

Sam Bankman-Fried lors d'un événement caritatif à New York, en juin 2022.robin rivaton

The Chronicle of Sebastien Abis

Les cas de grippe aviaire ne cessent de grimper depuis un mois, en particulier dans les élevages de canards du Sud-Ouest.Sébastien Abis, common director of the Membership Demeter et chercheur à l’Iris

Chronique

The exploration of the planet Mars is prepared in the desert of Oman.Etienne Klein

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *