Skip to content

« Les Combattantes » on TF1 : love, warfare and sweetness

  • BEAUTY


surei, hier soir, TF1 montait au entrance, armée jusqu’aux dents, avec Les Combatants, c’était bien pour gagner la bataille de l’audimat. Pari gagné : the primary two episodes of the mini-series on rassemblé en moyenne 5.1 million viewers, loin devant le velocity relationship bucolique de M6 L’Amour est dans le pré (3.78 million) and the discharge of Rivers pourpres (3 million) sur France 2. Cris, larmes, explosions, musique dramatique… ANDIn a petite minute, sa bande-annonce ne manquait pas de souligner la richesse des rebondissements qui nourrissent cette minisérie, considérée comme l’événement de cette rentrée tele 2022. Ici, la guerre 14-18 sert de toile de fond aux aventures de quatre héroïnes aux prises avec le battle. Au generale, a TF1 suitable casting mené by Audrey Fleurot gouailleuse à souhait, entourée de trois different actresses maison – Julie de Bona, Camille Lou, Sofia Essaïdi – et d’una flopée de seconds rôles tenus, entre autres, par Sandrine Bonnaire, Laurent Gerra ou Tcheky Karyo.

Dans une autre bande-annonce, consecrate, elle, au tournage de cette superproduction, The producer Iris Bucher, the director Alexandre Laurent and the 4 most important actors who’re neither enthousiastic nor superlatives to summarize the challenge’s measurement, are ambition, sa «logistics de folie» or encore ses «prouesses strategies». Du jamais-vu, à en croire TF1, Qui joue gros avec cette serie préachetée por Netflix, au price range avoisinant les 20 million euros.

The 4 of 14-18

L’infirmière, la bonne sœur, la prostituée et la cheffe d’entreprise. They’re 4. Quatre femmes à tenir le haut de l’affiche de ces huit épisodes. Pour incarner ces téméraires héroïnes, la première chain n’est pas allée chercher bien loin et immédiatement convoque les trois actresses du Charite Bazaarthe miniseries, suivie in 2019 for 8 million fidèles (replay buys), which is a melo creator of the incendie d’un vente de charité frequentée par la haute société à la fin du XIXand century.

On retrouve donc ici Julie de Bona, dans le rôle de mère Agnès dont la foi va être ébranlée par les horreurs de la guerre, Camille Lou dans la peau de Suzanne, une infirmière à l’indéfectible braveness, et Audrey Fleurot, notably mise en avant, phenomenal success of HPI oblige, dans le rôle de Marguerite, une prostituée au grand coeur, et au vertigineux décolleté.

Vient s’jouter au forged Sofia Essaïdi, notably investigated dans le rôle de Caroline, l’épouse d’un chef d’entreprise contrainte de faire tourner l’usine familiale. « Quand on a écrit ce personnage, on a tout de suite I believed à Sofia, que l’on avait trouvée fabuleuse dans the promise [une série polar de TF1 diffusée en 2021, NDLR]. On n’a même pas eu besoin de faire passer des castings », raconte Iris Bucher, producer, enthousiaste, des deux miniséries, lors du dernier competition de la Rochelle fiction.

Ce n’est pas The Bazaar, extra presque

Mêmes comediennes, même écriture romanesque nourrie d’éléments de soaps, The Charite Bazaar et Les Combatants offrent des ressemblances troublantes mais completely revendiquées. « Ce n’est certes pas une suite, mais il clearly exists un lien romanesque très fort entre les deux. D’ailleurs, nous avons utilisé la même typographie et la même colorimétrie sur les affiches », Iris Bucher assumes. « C’est une assortment, un peu comme l’est American Horror Story, who has by no means been launched jusqu’ici in France. I discovered the unique concept. Je crois au plaisir du spectateur à retrouver des comédiens qu’il aime, dans une nouvelle manufacturing mais avec de ingrédients similaires », insists the producer, including dans un souffle: « En plus, d’un level de vue advertising and marketing, c’est plutôt une bonne selected… »

ALIRE AUSSI« HPI » : the manufacturing secrets and techniques of a phenomenon collection

Advertising ou pas, le projet a ravi les comédiennes appelées sur le entrance, chacune se réjouissant de participaper à une manufacturing aussi onereuse que trouvera dans quelques sa place sur Netflix, belle exposition internationale à la clé. “C’est pressure très valorisant d’être associée à un tel projet pour une comédienne”, assures Julie de Bona. Et de s’amuser : « I adored jouer la prostituée, mais j’ai compris que le position qui m’était offert me permettait aussi d’explorer des sentiments que je n’avais jamais eu l’event d’aborder, comme le doute et la foi. Certaines des cènes que j’ai dû jouer ont relevé du défi pour moi, même si les ne sont pas aussi crues que celles d’Audrey Fleurot », estime-t-elle sans vouloir déflorer une intrigue truffée de rebondissements.

Pour ce qui est de la répartition des rôles, si le réalisateur Alexandre Laurent evoke quelques secondes de doutes au second d’attribuer le rôle de la mère supérieure, Iris Bucher, elle, n’y va pas par quatre chemins et parle d’« proof». “I do not know methods to remark and I do study the fait d’avoir to get the position of the bitch”, s’amuse Audrey Fleurot. « De toute façon, quand on est rousse, on nous think about soit en prostituée, soit en sorcière. »

Petites entorses à l’histoire

dance Les Combatants, la guerre 14-18 n’est pas filmée des tranchées, mais du côté de ces femmes que l’histoire a souvent laissées de côté et qui ont vu leur vie prendre un virage en même temps qu’elles endossaient des rôles preponderants dans la société « On avait un boulevard devant nous, automotive on ne parle quasiment jamais des femmes pendant la Première Guerre mondiale. Tous les grands movies de cinéma, pour beaucoup américains, sont racontés du level de vue des soldats. Il y avait un terrain à défricher et on s’en est donné à cœur joie », s’enthousiasme la productrice. Pas query de faire dans l’approximation historique. The manufacturing is assured by the concours de deux historiens, Jean-Pierre Verney, who constituted the preliminary fonds du musée de la Grande Guerre de Meaux, and Françoise Thébaud, spécialiste de l’histoire des femmes.

Alors, oui, les plus férus d’histoire pointeront sans problème quelques preparations faits avec l’époque, personne n’étant à l’abri d’une erreur. «The truth is, a seule entorse à l’histoire pour des raisons dramaturgiques, in reminiscence of 1914, a primary assault on the gaz menée by the Germans alors that I spotted in 1915», acknowledges Iris Bucher. Et qu’en est-il de la hairstyle blonde peroxydée de Suzanne promenant ses stunning boucles of her amongst her brancards? « C’est une liberté qu’on a prize en connaissance de trigger. Nous faisons une série contemporaine que s’adresse à un public de 2022. Quand vous regardez les vraies coiffures de l’époque, ce n’est pas très joli… On ne voulait pas enlaidir nos superbes comédiennes. »

ALIRE AUSSI« HPI » : « On a voulu faire du sur-mesure pour Audrey Fleurot »

Tout est dit. La guerre 14-18, son horreur, ses veules et mesquins s’accompagnent ici d’un souffle romanesque que ne souffre pas de compromis avec l’consideration esthétique, notably léchée, in response to aux décors, aux costumes mais aussi au casting. dance Les Combatants, tout est beau, même la crasse. Et les partenaires masculins de nos héroïnes semblent parfois tout droit sortis d’un catalogue de La Redoute, Tom Leeb en tête, dans le rôle d’un médecin plus proche de Gray’s Anatomy what the hellÀ l’Ouest, rien de nouveau.

Autant en emporte le souffle romanesque

Après tout, quel mal à ça? Les Combatants provide the chance to TF1 to look at with expertise when it’s time to suggest a collection for a grand spectacle. Il ne s’agit pas d’une fresque historique, et elle n’a certes pas les mêmes ambitions que la serie de Frédéric Krivine A French village, dont l’occupation allemande était le thème principal. No N, Les Combatantsc’est La Bicyclette bleue qui aurait change de guerre. Et, comme dans le roman de Régine Deforges (et son adaptation de la avec Lætitia Casta pour France 2 en 2000), la romance prend le dessus sur l’Histoire. Avec son lot de regards angoissés face caméra, de larmes et de cris d’impuissance face à l’injustice de cette chienne de vie !

On ne serait pas étonné d’study that the inventive route to be revised Autant in empte le vent, mètre étalon du mélo flamboyant. The orange of sure posters of the collection nous renvoie à l’affiche française du chef-d’œuvre of 1939, don’t le fond en flammes figurait l’incendie d’Atlanta. Ici et là, quelques plans filmés à contre-jour lorgnent gentiment certaines scènes du movie produit par David O’Selznick, sans en atteindre pour autant la virtuosité.

ALIRE AUSSI« La Promesse » : pourquoi the brand new collection of TF1 cartonne

Automobile ne nous trompons pas d’ennemis. Les Combatants n’est neither a documentary sur la guerre, nor a historic movie, nor d’ailleurs un pamphlet féministe. Même si le discours sur la place des femmes sous-tend, sans gran inventivité, le scénario de la minisérie avec un legitimacy that personne ne thought à lui reproach in interval post-#MeToo. Ce mélo efficace et rythmé nourri de rebondissements, parfois malins, quelquefois attendus, parsemé de quelques petites audaces scénaristiques (la mort d’un enfant dans les premières minutes du premier épisode) possède tous les atouts pour séduire le public.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *