Skip to content

“Not possible to separate the tradition of biology in matière de style”

  • CULTURE

La Recherche – Vous avez passé toute votre carrière à étudier les comportements des bonobos et des chimpanzees. Why are these two species of primates non people sont-elles intéressantes lorsque, such as you, on se met à réfléchir sur la notion de style?

Frans de Waal – Chimpanzee societies are three completely different from bonobo societies. The primary ones are dominated by males, who’re aggressive and territorial, whereas the second ones are dominated by females, pacifiques et pas du tout territoriales – two teams of bonobos might even be mélanger. Nevertheless, chez les chimpanzees com chez les bonobos, on observe des comportements dits varieties, c’est-à-dire qui sont partagés par une majority d’individus, selon que l’on est un mâle ou une femelle. Ces comportements sexués font écho à des conditions met in les sociétés humaines. An instance: les liens de collaboration et d’amitié. Au sein de notre espèce, ces liens sont forts, et notamment entre hommes d’un côté, et entre femmes de l’autre. Or, c’est quelque selected that l’on retrouve chez les primates: parmi les mâles chez les chimpanzees, et parmi les femelles chez les bonobos. Ça, c’est interessant. Comme l’est le fait that ces deux espèces de grands singes are, genetically talking, precisely aussi proches de nous l’une que l’autre: nous partageons avec elles between 96% and 98.5% of our genetic patrimoine. Ce donc donc deux références également pertinentes pour l’analyse des relations entre les sexes, et un bon level de comparaison avec nous.

Chimpanzees and bonobos are the species of nice singes, do not we’ve got essentially the most proches on the genetic plan?

oui. Ceci dit, même si notre proximité génétique avec eux est très grande, nous ne sommes pas precisely les mêmes non plus: n’oublions pas que nous avons six million d’années d’évolution séparée. Pour utiliser une comparaison, on pourrait dire que nous sommes aussi proches des chimpanzés et des bonobos que les éléphants d’Asie sont le des éléphants d’Afrique. De notre level de vue d’humains, ces deux espèces d’éléphants se ressemblent beaucoup, alors qu’elles appartiennent en fait à deux genres différents (loxodonta for the elephants of Africa, elephas pour ceux d’Asie, ndlr), dont the separation most likely goes again, additionally, to 6 or sept million d’années. C’est la même selected pour nous vis-à-vis des chimpanzees et des bonobos: je pense que, pour les autres espèces, nous nous ressemblons beaucoup, même si nous, nous ne le voyons pas ainsi.

L’une des missions que vous vous êtes données dans le livre, c’est de faire évoluer notre imaginative and prescient humaine du style, en montrant qu’il n’est pas seulement une development sociale, culturelle, comme on l’a pensé trop longtemps , but in addition the organic bases. Is it potential to démêler what’s related to biology and what’s related to tradition?

Je ne pense pas que quoi que ce soit chez les humains soit purement culturel ou purement biologique. Donc les personnes qui disentiendo que le style n’a un base biologique, qu’il est purement culturel, je ne peux pas être d’accord avec elles. Selon moi, la tradition n’existe pas en dehors de nous. The tradition, c’est nous qui nous influences mutually. Et comme nous sommes des organismes biologiques dotés de un cerveau, d’un coeur, de poumons, and so forth., cela signifie que cette influencia que nous avons les uns sur les autres est aussi, necessairement, médiée par la biologie. À l’inverse, et pour la même raison, si certains disent que tel ou tel habits est purement biologique, je ne peux pas être d’accord avec eux non plus, automotive je pense que tout est modifiable par la tradition. Il est donc unattainable de separer la tradition de la biologie, et notamment en matière de style.

Cela signifie-t-il qu’il faut réévaluer l’affect de la tradition dans les comportements des primates, alors qu’on an inclination à tout ramener à la biologie les concernantes?

C’est ma conviction. On take into account {that a} chimpanzee or a bonobo is grownup from the age of 16 years. Or, pendant toutes les années qui précèdent, they’re uncovered to énormément d’influences et font une multitude d’apprentissages. Et ce n’est pas tout. Des études tendent à montrer qu’il ya des biases dans ces apprentissages, en fonction du sexe. In d’autres termes, les jeunes femelles apprennent benefit de leur mère et les jeunes mâles apprennent benefit des mâles adultes qui les entourent. Chez les chimpanzés de la forêt tropicale africaine, par exemple, la mère enseigne aux jeunes – mâles et femelles – à extractire les termites de leurs nids; mais, si le filles reproduisent très fidèlement sa approach, ce n’est pas le cas des garçons, pour qui l’exemple maternal semble moins pertinent. Autre instance: je me souviens d’un mâle alpha chimpanzé vivant en captivité dans un zoo et qui, régulièrement, tambourinait pendant de longues minutos contre une porte métallique pour confirmer sa vigueur de él à toute la colonie. When il s’était calmé et que les femelles relâchaient les petits – elles les gardaient près d’elles tout le temps où il était énervé, automotive il pouvait être alors imprévisible –, il y avait souvent un jeune – mâle, jamais femelle – qui s’approchait de la porte et s’évertuait à reproduire le comportement du mâle alpha.

Tout cela me fait dire que, à partir du momento où la socialization des petits se fait en imitante le comportement de sure individus du même sexe qu’ils adoptent comme modèles, le idea de style doit pouvoir s’appliquer aussi aux primates. Behavioral variations between the sexes will not be a part of tradition. Il nous faudra d’autres enquêtes pour le confirmer.

You additionally insist on the « variability of gender roles ». Explicez-nous ce que recouvre this notion et en quoi Donna, una femelle chimpanzé que vous avez continua toute petite, en est une bonne illustration.

In biology, we’re sommes coutumiers of the notion of variability. Particular person variability is the engine of evolution. Ainsi, tous les biologistes vous diront: l’évolution se fonde sur la variabilité et sélectionne sure individus tandis qu’elle en délectionne (sic) d’autres. Pourtant, tout habitués que nous sommes à this notion, cela ne nous empêche pas, nous, biologistes, de privilegier les comportements varieties. Les individus non conformes, atypiques, eux, sont sous-évalués dans les enquêtes et nous ignorons leur frequence. Cela vaut pour les chimpanzés et les bonobos comme pour les humains. Pourtant, once I suis my à l’écriture de ce livre et que j’ai started à réfléchir aux différences entre mâles et femelles chez les primates, I suis rendu compte that I connaissais a sure identify of people who don’t correspond to pas aux schemas varieties, starting par Donna. J’ai donc solicité tous les collègues et étudiants qui la connaissaient et qui ont travaillé avec elle et j’ai rasemblé toutes les informations qui avaient été collectées la concernant. C’est une femelle qui, dès son plus jeune âge, était differente des autres femelles.

En quoi était-elle différente?

Par exemple, alors qu’elle avait 3 ans – à cet âge, un chimpanzé est encore un bébé –, elle a started à vouloir jouer à se battre avec moi et avec le mâle alpha du groupe. Or c’est un comportement typique des jeunes mâles, pas des jeunes femelles. Ce qui était étonnant également, c’est que le mâle alpha ne l’ignorait pas, comme il le faisait d’ordinaire avec les femelles, mais qu’il venait la chercher pour jouer à se battre avec elle. Donc, dès son plus jeune âge, Donna s’est comportée différemmente, et elle a été traitée différemment. Cela a continué ensuite. En grandissant, she developed names with bodily traits for males: of huge shoulders, a big tête, des mains et des pieds très costauds, des poils exceptionally lengthy for a femelle, qu’elle pouvait hérisser sur l’ensemble de son corps, comme un mâle… De loin, elle ressemblait vraiment à un mâle ! She behaves additionally as if she apartenait à leur monde de ella: elle se joignait à eux et chargeait à leurs côtés de ella, elle hurlait pour intimider ses pairs de ella, elle exécutait la “danse de la pluie” des chimpanzés sauvages, and so forth. . Autant de comportements atypicales pour une femelle. I do not say that she is transgender, evidently it’s unattainable to know for non-human animals. Elle n’était pas non plus lesbienne, puisqu’elle n’avait no attraction pour les femelles – nor pour les mâles d’ailleurs, ce qui signifie qu’elle était most likely differente, aussi, sur le plan hormonale.

Hormis Donna, avez-vous déjà observé d’autres primates non humains aux comportements atypiques ?

oui. J’ai travaillé toute ma carrière avec des grands singes et j’en ai successfully connu d’autres dont le comportement ne correspondait pas à ce que l’on attend de leur style. C’est une minorité – peut-être un individu sur dix ou vingt – mais on en trouve dans tous les groupes. Il peut s’agir, par instance, de mâles chimpanzés – y compris 3 grands et 3 forts – qui ne possèdent pas ce que l’on appelle la « pulsion de dominación »: ils ne s’intéressent pas à la politique de leur groupe (Le jeu des rangs), fuient les confrontations, et mènent une vie comparatively calm et isolée. Dans le livre, je rapporte aussi les travaux de mon confrere Christophe Boesch qui, pendant plus de treis décennies, a travaillé dans la forêt de Taï (Côte d’Ivoire) sur les chimpanzés sauvages. I recensé au moins dix cas d’adoption de petits, après la mort soudaine ou la disparition de leur mère, par des mâles adultes sans lien biologique avec eux. Il already aussi les travaux de Rachna Reddy en Ouganda, dans le parc nationwide de Kibale, qui décrivent remark un jeune mâle chimpanzé a pris soin de ses jeunes frères et sœurs en post-sevrage après le décès de leur mère.

En quoi ces variabilités sont-elles intéressantes lorsque l’on réfléchit à la query du style ?

Ce sont des exceptions à la règle, qui reflètent la souplesse du comportement de nos congrères hominidés. Moreover, they soulignent bien le fait that, if the behaviors of chimpanzees and bonobos are sexués, voire genres si on accepte de leur applyer ce terme, ces différences between the genres varient suivant un specter très massive. Il n’y a pas de division en deux catégories claires et nettes.

You clarify within the guide that the profile of chercheurs in primatology is beaucoup diversified ces dernières décennies, au level, for instance, that the ladies are aujourd’hui plus names than the lads within the self-discipline. Cette diversification pourrait-elle avoir un lien avec l’émergence de nouvelles thematiques de recherche comme celles sur le style?

Ça, je ne sais pas. However it’s true that in primatology, the affect of ladies is three necessary. Elles n’ont pas changé la manière de faire de la science. Les règles de la preuve scientifique stay les memes: vous devez collecter vos données, celles-ci doivent être sistématiques, elles doivent pouvoir être reproduites de manière indépendante, et vous devez les présenter dans des articles scientifiques qui doivent être publiés. Mais les sujets abordés ont change. Lorsque j’étais étudiant, la plupart des primatologues étaient des hommes. La recherche portait beaucoup sur les histoires de hiérarchie masculine, l’significance d’être le mâle alpha, le fait que les sociétés de primates soient organisées par les mâles… Lorsque les femmes sont arrivées dans la self-discipline, they ont started à prêter consideration à tout un tas de nouvelles questions: les relations féminines, les choix d’accouplement – ​​notamment le fait that ceux-ci will not be pas seulement effectués par les mâles, mais aussi par les femelles, automotive presque all les acouplements are cooperative between the 2 sexes , et les femelles ont donc leur mot à dire –, and so forth. In some, they ont contributed to resume our imaginative and prescient of primates et de la primatologie.

Propos recueillis by Vincent Glavieux

Image : © Catherine Marin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *