Skip to content

de la science, des curls et beaucoup de self-love

  • BEAUTY

— Obtain the presentation

« La beauté, c’est le fil conducteur after the primary day. » Amélie Debaye directs the beauté secteur chez Kantar, mais c’est surtout la ardour qui jaillit de ses propos, when she relates her palette d’experiences: une année de césure en finance chez Hermès, où elle découvre des compétences de nez aux côtés du grand parfumeur Jean-Claude Ellena, from the financial intelligence dans le groupe Rocher, des études et du conseil en innovation auprès de L’Oréal et Dior, are implication dans l’aventure de ce qui n’était encore que la startup BirchBox… et al aussi ces réminiscences de l’enfance, quand, petite fille, elle collectionnait échantillons et publicités de parfum. Avec elle, nous parlons de tendances de ce secteur qui allie, comme peu d’autres, enterprise et émotions.

Carolina Tomaz : The « effet rouge à lèvres », even when the power of the beauté marché to keep up itself in occasions of disaster, is it toujours d’actualité?

Amelie Debaye: Oui, greater than ever! Et ce lipstick impact entraîne dans son sillage une partie des produits de beauté, comme les fards, les produits à sourcils, les liners. Le rouge à lèvres, c’est le quantity un du temper booster, il defre une gratification immédiate. Beauté de l’objet, effet transformation, peps, confiance, séduction, extra additionally social illustration: dans un restaurant ou en soirée, sortir un beau rouge à lèvres, ça fonctionne toujours. Le rouge à lèvres de luxe donne le tempo. Cette année, les teintes étaient moins nude, avaient plus d’audace.

The pattern is poursuivra a lot that it will likely be dans ce that it appeals to the « zone d’échanges mutuellement profitables ». It appears that evidently I already compelled some extent of inflection chez la consommatrice, où la hausse des prix turned a frein. Les prix commencent à augmenter: chez Glossier, aux États-Unis, le prix des rouges à lèvres affiche + 4 {dollars}. C’est aux marques et aux distributeurs de veiller à maintenir une fourchette d’accessibilité plaisir.

Carolina Tomaz : Instagram or TikTok, who’s within the dance of the beauté affect?

Amelie Debaye: All relying on the technology. Le prisme sur les réseaux sociaux, c’est l’âge. Chez les jeunes, TikTok is chief. C’est le meilleur moyen pour les impliquer en matière de beauté et en mode. Le nouvel algorithme d’Instagram n’a pas aidé : des célébrités are plaintes, des creators of influential content material are disengaged… L’esthétique et le narratif stay néanmoins importants en beauté, Instagram encore sa carte à jouer, à situation que la plateforme évolue sans trahir sa mission d’origine : l’inspiration.

Carolina Tomaz : What’s-ce qui vous frappe cette année sur les réseaux ?

Amelie Debaye: On TikTok, the developments, the hacks, the visages, they occur to be telling you vitesse… I thought of skincare influencer James Welsh, nevertheless it’s arduous to decide on. Les hacks sont un moyen de jauger la puissance d’une tendance : a serum à l’acide glycolique détourné pour les pieds, de fausses taches de rousseur réalisées au spray capillaire ou encore la approach du moisture sandwich. It’s already a pedagogical kind within the TikTok content material: haircare suggestions, make-up strategies, options to restore a palette cassée, and so forth. C’est du format YouTube en ultracondensé et beaucoup plus créatif. TikTok semble plus lucratif pour les influenceurs – cela accélère la bascule.

Ce qui me frappe cette année, c’est l’explosion des actions love your curls, fast curls, straightforward curls, 5mincurls, and so forth., tous ces hashtags qui concernent les cheveux textures, où l’on n’est plus dans la transformation , mais dans le respect de sa nature capillaire. Et ce n’est pas qu’une affaire cosmétique. Il ya une vraie dimension sociétale dans ces sujets: prendre soin de ses cheveux texturés sans les transformer, c’est respecter et embrasser son héritage de la. I assembled it in puissance d’une marque comme Les Secrets and techniques de Loly est un marqueur fort. Ce sujet prend de l’ampleur depuis plusieurs années auprès de mes purchasers.

Carolina Tomaz : Rhode by Hailey Bieber, SKKN by Kim Kardashian, The Outset by Scarlett Johansson, JLo Magnificence by Jennifer Lopez, Cosmoss by Kate Moss, Le Domaine by Brad Pitt… Is it a passe quoi, between celebrities and skincare?

Amelie Debaye: (Laughs) I assumed that c’est lucratif et ça donne des idées à plein de monde! Certains lancements sont déroutants, comme celui de Brad Pitt: il a des vignes mais bon, sa légitimité sur la beauté n’est pas évidente. Like Kate Moss. JLo joins three belle peau: pourquoi pas. In return, SKKN, the model of Kim Kardashian, my impressionnée, notamment avec l’esthetique épurée de ses primaires à la Tadao Andō et par la composition de ses produits… Le groupe Coty a permis un très beau lancement – ​​même si c’est très cher, environ 800 {dollars} la routine totale.

Le soin de la peau resté le socle de l’univers de la beauté – les marques et les célébrités l’ont bien compris. After a second déjà, les femmes investissent sur leur peau, influenced by the routines pointues venues du Japon et de Corée. And but, that is the modern obsession of “glow” ( “rayonnement”, ndlr), which is retrouve dans quasi tous les lancements, en soin ou maquillage.

Carolina Tomaz : L’influenceuse Charlotte Palermino parle de «non-clean magnificence» pour pousser l’idee que la naturalité n’est pas pressure gage d’efficacité et/ou d’innocuité. L’opposition nature/science est-elle réelle ?

Amelie Debaye: From mon level de vue, the indie manufacturers (independant manufacturers) and the clear magnificence ont compelled the manufacturers to rethink the advertising combine with an approche réellement centered on the patron. Revoir les compositions, les emballages, interact the patron autrement, launch sur le digital, and so forth.

If clear magnificence is in an elitist division, give permission to supply aujourd’hui aux consommatrices qui achètent en supermarché de meilleures propositions pour leur peau, leur santé et la planète. Le modèle a ensuite dérivé : une jouer façon sur le advertising de la peur chez certains, à s’appuyer sur des tendances, et non sur la science… Cela ne pouvait plus marcher. On ne peut pas tout miser sur le naturel, c’est un non-sens quand on thought environnement. Science is essential in cosmetics – et, comme toujours, c’est la dose qui fait le poison. Il faut arrêter de diaboliser les grans teams de cosmétiques, je les connais, je sais qu’ils œuvrent dans le bon sens. The reconciliation that exists between science and naturalite is a bonne nouvelle.

Carolina Tomaz : The Los Angeles Instances titrait récemment sur la fin de l’esthétique Goop (Gwyneth Paltrow’s wellness model)… Partagez-vous cette analyse ?

Amelie Debaye: Il ya une vraie lassitude. Les injonctions, le advertising de la peur, l’Uber esthétique, la santé à tout prix, avec parfois la mise en avant de méthodes un peu douteuses, et une posture de gourou en décalage complete avec le besoin precise de self-care, de self-love, de santé mentale : GP est d’un autre temps, ce n’est plus acceptable en 2022.

Carolina Tomaz : Harry Kinds, A$AP Rocky, Timothée Chalamet… Le changement est-il chercher du côté de la beauté pour les hommes ? Au-delà des campagnes de communication, cela se traduit-il par une réalité de marché?

Amelie Debaye: A$AP Rocky declared à Vogue : « I really feel like males ought to be capable to do nail artwork with out feeling female. » (J’ai le sentiment que les hommes devraient s’adonner au nail artwork sans se feminisé). Avec son intelligence artistique, sa fluidité, son côté pointu de him, il incarne cette nouvelle expression masculine. Quand nous avons fait cette étude pour L’ADN (A quoi sert la beauté, mai 2022, en France, ndlr), j’ai vu à quel level ces usages émergeaient, surtout auprès des plus jeunes. 83% of 18-34 yr olds didn’t use their eyesight and our bodies, 68% didn’t lose hair torse/dos/bras, 39% didn’t use a manucure, and so forth.

Chez les marques, cela reste flottant. Depuis longtemps, on understanding parler du marché des hommes, mais l’offre reste timid, très grooming (barbe, cheveux, ndlr). Mais ça bouge dans les campagnes du luxe. I assumed that that is going to be transposed from the mode to the beauté; j’espère que les marques feront de vraies propositions (comme Boy de Chanel) – et je ne parle pas de packaging non genré.

Carolina Tomaz: What peut-on will I say about our relation to esthétique drugs, notamment chez les plus jeunes?

Amelie Debaye: C’est un relation décomplexée. Les femmes, notamment les plus jeunes, sont hyperpragmatiques. They looked for the effectiveness, not the plus to satisfy the stability crème anti-rides et injections.

On privilege are well-known tweakments (changes, ndlr), des boosters to acquire a coup d’éclat, harmonizer plutôt que de se transformer, de s’attaquer aux volumes, and so forth. Il ya d’autres possibilités, à la frontière du skincare et dermo-esthetique dans les spas: on se 20 séances de laser, des infrarouges… Chez les plus jeunes, on peut faire du child botox et assumer ses imperfections. Cela ne me semble pas si contradictoire: encore une fois, je ne cherche pas à me transformer, mais à prendre soin de moi, à investir en moi, pour évoluer dans le temps le mieux doable.

Je suis étonnée que les gran marques ne s’intéressent pas plus à des applied sciences comme la photomodulation. Ces appareils ont une attract un peu bionique, mais les applied sciences sont éprouvées – NASA created photomodulation. For the immediate, seuls les petits gamers investisent ce marché des masques LED, comme Present Physique, soutenu par des personalités comme Kate Hudson or Kaley Cuoco.

Carolina Tomaz : Cela fait-il partie des signaux faibles à surveiller en matière de beauté? In voyez-vous d’autres?

Amelie Debaye: Oui, je crois que ça va se déployer. Et cela ne concerne pas que l’anti-âge : avec les couleurs des lumières, on peut travailler sur l’éclat ou l’acné. Des efforts sont à faire sur le format, la praticité, l’ergonomie, mais cela rentre dans la droite ligne du soin de soi.

The microencapsulation (to maximise the bioavailability of the actif) or the oxygenation of the tissue can also be sure to be invited by plus en plus dans la galénique des soins, comme chez la marque coréenne Medi-Peel.

Le hair care sur le phase luxe a vrai potentiel de croissance: je vois les stands s’étoffer chez Sephora, le succès d’Olaplex est une premiere étape.

Je suis également les développements autour de la science, notamment les neurosciences, la neurocosmétique et l’apport fantastique des sciences cognitives. Je crois à l’emergence de métiers dédiés, comme socio-estheticienne, par exemple. Il ya quelques années, quand je parlais des prebiotiques, des probiotics, des actifs fermentés, on me regardait avec de grands yeux.

Magnificence is change into holistic. In 2023, I assumed that the gravitational tendencies would autour de ce «prendre toujours mieux soin de soi», tout merely.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *